S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk
Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
26.04.2024 à 17 H 01 • Mis à jour le 30.04.2024 à 20 H 52
Par
Investissement

Nucléaire, énergie verte, Mondial 2030…: les priorités de Le Maire pour la coopération économique franco-marocaine

Crédit : Alexandre Chaplier / Le Desk
S'exprimant en ouverture du forum d'affaires France-Maroc, le ministre français de l'Economie a dressé, en guise de propositions pour les patrons français et marocains, une liste de projets prioritaires pour renforcer la coopération entre Paris et Rabat, d'un point de vue économique. Les détails

Des retrouvailles. C'est dans cette ambiance que s'est ouvert ce vendredi le forum d'affaires France-Maroc, premier évènement du genre après la fin des tensions entre Paris et Rabat, prélude au renforcement de la coopération économique. En plus des patrons des patrons de chacun des deux pays, CGEM pour le Maroc avec Chakib Alj et MEDEF pour la France avec Patrick Martin, l'évènement a également vu la présence de la ministre de l'Economie et des Finances, Nadia Fettah, et de son homologue français Bruno Le Maire, ministre de l'Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique.


Lors de son allocution, et même s'il demeure peu disert sur le soutien français aux investissements dans le territoire des provinces du Sud, Bruno Le Maire a fixé les objectifs prioritaires de la coopération franco-marocaine, et le segments autour de laquelle elle s'articulera.


« La renaissance des relations économiques entre la France et le Maroc. Nous avons tellement en commun. Deux grandes nations, deux grands peuples qui ont vocation à exercer leur leadership l’un sur le continent africain l’autre sur le continent européen », affirme Le Maire premier lieu, avant de rappeler l’attachement commun des deux pays à l’environnement. « Nous avons la même volonté de décarboner notre économie, la même vocation industrielle », poursuit-il.


L'énergie décarbonée dans le viseur

Pour Bruno Le Maire, l’enjeu de la coopération entre la France et le Maroc est de devenir de grandes puissances du 21ème siècle : et pour cela, d’après le ministre français il faudra miser sur l’énergie décarbonée, dans un premier temps.


Concrètement, il s'agira ainsi pour la France et le Maroc de travailler ensemble tout d'abord dans le solaire avec la filière des panneaux photovoltaïques. « Nous avons fait le choix avec le président de la république il y a quelques semaines de développer une production de panneaux photovoltaïques en France avec des technologies avancées et des panneaux recyclables. Croisons nos savoir-faire pour travailler dans ces domaines-là », appelle-t-il devant l'assistance composée de chefs d'entreprises du Maroc comme de la France.


« Nous voulons travailler ensemble dans l'éolien, travailler ensemble dans l'hydrogène, et je vous annonce que nous allons lancer un projet entre l'IRESEN (Institut de Recherche en Énergie Solaire et Énergies Nouvelles ;ndlr), et l'accélérateur SATT à Paris-Saclay pour développer nos projets dans l'hydrogène décarbonatée », retient-on de l'allocution du ministre, clin d'oeil fait à l'Offre Maroc en matière d'hydrogène vert toute récemment déployée.


Toujours s'agissant de l'investissement vert, et comme il l'a déjà souligné à la presse depuis son arrivée au Maroc ce jeudi, l'Agence française de développement (AFD) débloquera un prêt de 350 millions d'euros à destination du groupe OCP. Celui-ci pourra donc contribuer au financement de son programme d'investissement, où il dédiée tout un pan à l'hydrogène, à la décarbonation et à l'investissement vert.


Dans son discours, Bruno Le Maire a abordé le projet du Maroc de construire une autoroute électrique, dédiée au transport de l'énergie. « Vous allez produire de l'énergie dans la région de Dakhla et vous en avez besoin pour nourrir la grande métropole de Casablanca. Nos sommes prêts à participer au financement de cette infrastructure », déclare Bruno Le Maire, confirmant ainsi nos précédentes informations. Comme nous le révélions, Proparco est sur les rangs pour co-financer cette autoroute électrique.


« J'ai également mis sur la table pour la possibilité d'une coopération dans le domaine de la production de l'énergie nucléaire. Nous travaillons sur ces fameux SMR, des réacteurs modulaires de plus petite taille », annonce Bruno Le Maire. « Au gouvernement marocain de voir s'il est intéressé pour cette coopération. Je dis notre disponibilité à travailler sur ce secteur », avance-t-il prudemment.


Tout en abordant le ferroviaire, l'aéronautique où Bruno Le Maire dit qu'Airbus « est prêt à ouvrir cette coopération », mais aussi l'automobile, avec la mention du domaine des batteries et des voitures électriques, le ministre français a fini par affirmer la volonté de la France d'aider le Maroc dans l'organisation du Mondial 2030. « Vous allez construire le plus grand stade de football de la planète. Ca va attirer plusieurs investisseurs, de l’évènementiel, de la géolocalisation avec des entreprises comme Thalès, l’hôtellerie, la restauration », rappelle le ministre, avant de proposer la constitution d'un groupe de travail France-Maroc dédié à l'organisation du Mondial 2030.


En conclusion de son intervention, Bruno Le Maire a aussi mentionné que la BPI devrait signer un accord de partenariat avec le Fonds Mohammed VI pour l’Investissement, pour enfin préciser que ces partenariats concerneront également les Petites et Moyennes Entreprises françaises mais également marocaines.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite