S'abonner
Se connecter
Logo du site LeDesk

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
20.03.2024 à 07 H 04 • Mis à jour le 20.03.2024 à 10 H 36 • Temps de lecture : 5 minutes
Par

Musique Festival Gnaoua 2024: la promesse d’une 25ème édition mémorable

La cité des Alizés abritera du 27 au 29 juin prochains, la 25ème édition du Festival Gnaoua et Musiques du Monde pour célébrer la musique traditionnelle gnaouie sous le signe de la mixité sociale et de la jeunesse en liberté. Une édition qui se distingue notamment par un partenariat avec la Berklee College of Music et une programmation toujours aussi alléchante

« C’est un festival pas comme les autres, ce n’est pas un projet de divertissement mais un projet culturel qui se remet en question, qui se projette et qui repose essentiellement sur la culture des Gnaoua ». C’est par ces mots que Neila Tazi, directrice et productrice du festival Gnaoua et Musiques du monde, a ouvert la session de présentation de la 25 ème édition qui se tiendra du 27 au 29 juin 2024 à Essaouira.


Cette édition marquera un quart de siècle du Festival, 25 années durant lesquelles Essaouira vibre pendant trois jours, au rythme de la musique traditionnelle Gnaoua, qui a été inscrite au patrimoine culturel immatériel de l'UNESCO en décembre 2019. A cette occasion, Neila Tazi tient à préciser que c’est « un des festivals les plus anciens et les plus emblématiques du Maroc. Un festival qui a su préserver son âme et dont la notoriété n’a pas cessé de grandir ».


« Un festival pas comme les autres »

Le Festival se réinvente au fil des années et au delà d’une programmation riche à laquelle nous ont habitué les organisateurs, cette édition se distingue par un partenariat avec la Berklee College of Music, l’une des plus prestigieuses institutions musicales dans le monde, dont le siège est à Boston, aux États- Unis.


Ce partenariat repose sur un programme de cinq jours intitulé « Berklee at the Essaouira Gnaoua and World Music Festival ». Celui-ci démarera quelques jours avant le début du Festival du 24 au 28 juin. Il s’agit de déplacer les salles de cours de Berklee au Festival Gnaoua, et de donner l’opportunité aux participants marocains et étrangers sélectionnés de vivre cette expérience académique immersive, nous explique Maria Martinez Iturriaga, vice-présidente de Berklee College of Music.


Concernant les conditions d’admissions au programme, il suffit d’avoir au minimum 18 ans et d’avoir une expérience d’au moins deux ans avec un instrument de musique, précise notre interlocutrice avant de souligner qu’il s’agit d’ « une expérience unique et enrichissante et la première collaboration avec le Festival. On est d'ailleurs plus que ravis de réaliser ce partenariat ».


Une première collaboration avec l’Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P) de Benguerir, est également annoncée lors de cette présentation. Il s’agit de la création d’une chaire universitaire dédiée à la culture Gnaoua au sein du « Center for African Studies » dirigé par le professeur Ali Benmakhlouf. L’objectif de cette chaire, qui verra le jour en 2025, est de « créer un espace de recherche en vue d’approfondir les connaissances sur la culture Gnaoua, ses origines et sa signification », fait-on savoir.


Interrogée sur cette volonté d’impliquer les étudiants et les chercheurs, Neila Tazi explique que « dès le départ nous avons voulu promouvoir et préserver une culture de transmission orale et donc celle-ci doit se retrouver à tous les niveaux de ce que nous faisons. Le Festival est résolument tourné vers la jeunesse et l’avenir et nous voulons les accompagner plus loin dans la réflexion sur l’importance de cette culture dans notre histoire et identité et pourquoi elle a autant de succès et de rayonnement ».


Un line up séduisant 

Pas moins de 400 artistes enflammeront les scènes du Festival en juin. Comme chaque année, concerts de fusion, lila intimistes, et grands débats d’idées, mais aussi des ateliers de musique pour découvrir et apprendre la musique Gnaoua, ses instruments, ses rythmes et son histoire : une aubaine pour les mélomanes avides de pénétrer plus en profondeur l’univers Gnaoua.


La traditionnelle parade d’ouverture avec les Maâlems sous les acclamations des festivaliers et des passants donnera le coup d’envoi du festival qui durera 3 jours, durant lesquels les festivaliers seront invités à danser sur des rythmes en provenance d’Espagne, du Sénégal, des États-Unis, de Côte d’Ivoire, du Brésil, d’Algérie et de Palestine.


Au programme, 34 Maâlems Gnaoua et 53 concerts au total, dont 6 concerts fusions. Parmi ces fusions, le concert d’ouverture promet une explosion de rythmes mêlant les genres Gnaoua, Batucada brésilienne, Flamenco espagnol et Zaouli de Côte d’Ivoire pour mettre en perspective leurs similitudes, avec Maâlem Hassan Boussou (Casablanca) et Maâlem Mly Taieb Dehbi (Marrakech) avec la compagnie Dumanlé (Côte d’Ivoire), Nino de Los Reyes (Espagne) et Ilê Aiyê (Brésil). Une autre fusion réunira le Mâalem Hamid El Kasri avec le groupe Bokanté (États-Unis, Canada) fondé par le guitariste Michael League (Snarky Puppy), multi nommé aux Grammy Awards.


Cette année, le public aura le plaisir de voir, entre autres, le rappeur palestinien polyglotte Saint Levant (Marwan Abdelhamid de son vrai nom), le puissant duo Aita mon amour, constitué de la chanteuse marocaine Widad Mjama et du musicien tunisien Khalil Epi, ainsi que Labess, le groupe de musique algéro-québécois de fusion. La chanteuse espagnole d’origine équato-guinéenne Buika, plébiscitée par la presse internationale pour sa voix flamenco unique sera également au rendez-vous, ainsi que le légendaire trompettiste américain de Jazz Randy Brecker, 7 fois récompensé aux Grammy Awards.


« La programmation est extrêmement compliquée, car ce n’est pas un festival comme les autres. C'est un festival qui permet l'expression des fusions musicales qui sont très compliquées à orchestrer mais aussi l'immersion des artistes étrangers au Maroc pendant un certain temps. C’est aussi un espace de découverte multigénérationnel. Le gens de mon âge découvrent la musique que les jeunes écoutent aujourd’hui et les jeunes vont être amenés à écouter la musique que les gens de mon âge écoutent », déclare la productrice du festival.


Parallèlement aux concerts, se tiendra la 11e édition du Forum des droits humains du Festival Gnaoua et Musiques du Monde, organisé en partenariat avec le Conseil de la communauté marocaine à l’étranger (CCME) autour de la thématique d’actualité « Maroc, Espagne, Portugal : une histoire qui a de l’avenir », annoncent les organisateurs.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite