S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
05.01.2021 à 13 H 03 • Mis à jour le 05.01.2021 à 13 H 03 • Temps de lecture : 1 minutes
Par
Santé

165 nouveaux médicaments remboursables au titre de l’AMO

Sur proposition de l’Agence nationale de l’assurance maladie, le ministre de la santé a publié un arrêté ministériel portant intégration de 165 nouveaux médicaments dans le guide des médicaments remboursables, et ce à partir de sa parution au bulletin officiel.


Dans un communiqué conjoint, le ministère et l’ANAM indiquent que 70 médicaments de cette liste additive rentrent dans la prise en charge des affections de longue durée aux différents stades de leur évolution.


La même source cite le cancer dont le cout de traitement constitue un frein d’accès aux assurés, l’HTA, le diabète, le rhumatisme psoriasique et l’hépatite B et C et la dépression  mais aussi des classes thérapeutiques concernant la fertilité qui pendant des années est restée une aspiration et une exigence astreignante ce qui profiterait à de grands groupes d’assurés.


Par ailleurs, d’autres produits alternatifs pour la prise en charge de certaines pathologies fréquentes comme les anti-thrombotiques, les antibiotiques, les antidiabétiques et les anti-glaucomateux, et le traitement de la broncho-pneumopathie chronique obstructive font partie de cette liste additive, permettant ainsi une prise en charge optimale des patients souffrant de ces pathologies.


Consciente de l’importance primordiale de remboursabilité des médicaments pour faciliter l’accès au traitement au profit des assurés dans le cadre de l’AMO, l’ANAM, depuis 2006 jusqu’à la publication de l’arrêté ministériel susmentionné, a inclus 4668 médicaments remboursables dont 3015 génériques.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct