S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
01.05.2024 à 14 H 14 • Mis à jour le 01.05.2024 à 14 H 14 • Temps de lecture : 1 minutes
Par
Bank Al Maghrib

La croissance annuelle de la masse monétaire s’accélère à 4,4% en mars

La masse monétaire (agrégat M3), chiffrée à 1.770,4 milliards de dirhams (MMDH), a été marquée par l'accélération de sa croissance annuelle à 4,4 % en mars 2024, selon Bank Al-Maghrib (BAM).


Cette évolution résulte principalement de l'effet conjugué de la hausse du crédit bancaire au secteur non financier de 2,5 % à 3,4 % et des créances nettes sur l'Administration Centrale de 0,2 % après une baisse de 6,3 %, ainsi que du ralentissement de la progression des avoirs officiels de réserve de 8,2 % à 0,2 %, explique BAM dans son récent bulletin des statistiques monétaires.


L'accélération du rythme de progression annuelle de l'agrégat M3 reflète principalement la croissance des dépôts à vue auprès des banques de 7 % à 7,2 %, des comptes d'épargne de 2,2 % à 2,7 % et la stagnation de la progression de la monnaie fiduciaire à 10,2 %, fait savoir la même source.


Il s'agit aussi de l'accentuation de la baisse des comptes à terme à 6,3 % et des détentions des agents économiques en titres d'Organismes de placement collectif en valeurs mobilières (OPCVM) monétaires à 17,4 %.


Par secteur institutionnel, l'évolution des actifs monétaires hormis la monnaie fiduciaire reflète notamment une croissance en progression chez les ménages à 4,3 %, traduisant la hausse de leurs dépôts à vue de 6,3 % et de leurs comptes d'épargne de 2,7 %, alors que les dépôts à terme ont reculé de 4,3 %.


Cette évolution est attribuable aussi à la quasi-stagnation chez les sociétés non financières privées à 1,4 %, avec l'accélération à 11,2 % de la croissance de leurs dépôts à vue, l'atténuation de la baisse de leurs comptes à terme à 10,8 % et l'accélération du repli de leurs détentions en titres d'OPCVM monétaires à 24,2 %.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct