S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
10.06.2024 à 18 H 18 • Mis à jour le 10.06.2024 à 18 H 18 • Temps de lecture : 3 minutes
Par
Social

Le gouvernement compte créer une agence nationale pour la protection de l’enfance

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi a annoncé, lundi à Fès, que le gouvernement envisage la mise en place d'une agence nationale pour la protection de l'enfance avec pour objectif le renforcement et l'amélioration des services fournis aux enfants.


Le gouvernement est en train d'élaborer une vision commune sur cette institution, qui devrait disposer d'antennes au niveau des différentes régions du Royaume, a fait savoir Ouahbi à l'ouverture de la rencontre nationale consacrée au suivi de la mise en œuvre des résultats des Assises nationales sur la protection des enfants en contact avec la loi (10-11 juin).


Le ministre a relevé que cette nouvelle institution est appelée à jouer un rôle important dans l'amélioration de la situation des enfants, en proposant des formations professionnelles, agricoles et pédagogiques en faveur de cette catégorie.


Il s'est félicité de la formation dispensée aux enfants au niveau des institutions correctionnelles et pénitentiaires, soulignant la nécessité de la conjugaison des efforts pour l'intégration de cette catégorie dans le marché du travail.


Ouahbi a fait part, en outre, de l'intention du gouvernement de créer des centres dédiés à la prise en charge des enfants toxicomanes dans l'objectif de renforcer leur intégration dans la société, passant en revue les efforts du ministère de la justice en matière de protection de la mère et l'enfant notamment la création d'un parc pour enfants au niveau de son siège à Rabat et d'autres à l'échelle de certains tribunaux et la réduction des heures de travail pour les femmes fonctionnaires qui ont à charge des enfants en situation de handicap.


De son côté, le ministre de la Santé et de la Protection sociale, Khaled Ait Taleb a indiqué, dans une allocution lue en son nom, que le Maroc a fait un long chemin dans le domaine de la protection des droits de l'enfant en adoptant de nombreuses mesures visant à promouvoir le bien-être des enfants et à protéger leurs droits dans divers domaines.


Parmi ces mesures, a expliqué le ministre, figure l'adoption de la politique nationale intégrée de la santé de l'enfant à l'horizon 2030, en harmonie avec les orientations du Maroc dans le domaine de la promotion du droit de l'enfant à la santé et au développement sain en garantissant ce droit à l'ensemble des enfants conformément aux dispositions de la Constitution du Royaume et aux engagements nationaux et internationaux du Maroc.


Ait Taleb a mis l'accent sur le rôle crucial joué par le ministère de la Santé et de la Protection sociale dans la promotion et la protection de la santé des enfants et ce, à travers l'élaboration de programmes de santé publique visant à réduire le taux de mortalité infantile, à promouvoir une alimentation saine et à fournir des services de santé de qualité.


Il s'est attardé, par ailleurs, sur les actions engagées par le ministère pour renforcer la prise de conscience des familles quant à l'importance de la santé en garantissant l'appui nécessaire aux parents pour une meilleure prise en charge de leurs enfants, mettant l'accent aussi sur le rôle du département dans la protection des enfants contre la violence et l'exploitation.


Organisée par la Présidence du ministère public en collaboration avec le Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF) et avec l'appui de l'Union européenne, cette rencontre de deux jours comprend des séances plénières au cours desquelles seront présentées l'état des lieux des différentes étapes, ainsi que les problématiques et les défis les plus importants liés aux questions de l'enfance.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct