S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
10.07.2024 à 10 H 35 • Mis à jour le 10.07.2024 à 10 H 35 • Temps de lecture : 2 minutes
Par
Diplomatie

Le Plan de Paix à Gaza à l’ordre du jour de l’OTAN, des discussions maroco-américaines prévues

La situation à Gaza sera à l’ordre du jour du sommet de l’Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN) qui se tient du 9 au 11 juillet courant à Washington. En réponse à la question d’un journaliste, le porte-parole de la Maison-Blanche, Mathew Miller, a indiqué que « le conflit à Gaza est un sujet qui serait discuté » au cours de ce sommet. Des réunions devraient aussi avoir lieu entre des représentants du Maroc et des responsables américains, selon lui.


Le responsable a souligné qu’outre les membres de l’OTAN et ses quatre partenaires, à savoir l'Australie, le Japon, la Nouvelle-Zélande et la République de Corée, les chefs de diplomatie d’autres pays, dont notamment ceux arabes, sont sur place et devraient prendre part à des réunions sur le conflit à Gaza, notamment avec les responsables américains. «  Il y a des ministres des Affaires étrangères d'autres pays, comme Israël, l'Algérie, Bahreïn, l'Égypte, l'Irak, la Jordanie, le Koweït, la Mauritanie, le Maroc, le Qatar, la Tunisie et les Émirats arabes unis (…) que le secrétaire et d'autres membres du gouvernement rencontreront quand ils seront en ville », a-t-il affirmé.


Ces réunions devraient se focaliser sur les efforts fournis pour atteindre un cessez-de-feu dans la bande de Gaza, et plus précisément l’avancement du Plan de paix proposé par les États-Unis et qui a eu le soutien du Maroc.  Ainsi, détaille Miller, les responsables réunis en marge du sommet de l’OTAN discuteront « non seulement le travail pour parvenir à un cessez-le-feu, mais aussi le travail continu que nous faisons pour essayer de développer des plans solides pour le lendemain du conflit afin d'établir une gouvernance et une sécurité qui nous donnent une voie vers une paix durable, la sécurité et la stabilité pour la région ».


Interrogé sur l’avancement des pourparlers autour de ce plan de paix, le porte-parole de la Maison-Blanche a affirmé qu’un progrès a été réalisé. « Nous travaillons dessus. Une grande partie de cette proposition a été acceptée depuis un certain temps (…) un certain nombre d'entre eux ont été essentiellement acceptés, peut-être reste-t-il quelques détails à régler, et nous discutons des problèmes plus difficiles et plus épineux », a-t-il fait savoir, notant que « nous pensons certainement être plus proches d'un accord qu'il y a quelques semaines, mais cela ne signifie pas que nous en obtiendrons un ».


Pour rappel, la diplomatie marocaine a qualifié d'« importantes » les propositions formulées dans le cadre du plan présenté par le président des États-Unis d'Amérique, Joseph R. Biden, visant à favoriser l'établissement d'un cessez-le-feu durable à Gaza. Dans un communiqué diffusé plus tôt ce 4 juin, le ministère des Affaires étrangères a indiqué que le Maroc, « dont le Roi Mohammed VI préside le Comité Al-Qods, souligne l'importance des propositions présentées par le président des Etats-Unis d'Amérique, Joseph R. Biden, visant à favoriser l'établissement d'un cessez-le-feu durable à Gaza, l'accès de l'aide humanitaire, la protection des civils, le retour des déplacés, ainsi que la reconstruction des zones détruites ».


Le sujet a déjà fait l'objet de discussions entre le ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita, et son homologue américain. Depuis l'annonce de la proposition américaine que le Maroc n'a pas tardé à soutenir, deux entretiens téléphoniques ont eu lieu entre les deux chefs de diplomatie, comme rapporté précédemment.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct