S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk
En off
Les confidentiels du monde des affaires et des cercles de pouvoir

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
24.04.2024 à 01 H 56 • Mis à jour le 24.04.2024 à 01 H 56
Par
Diplomatie

Volte-face ou double jeu de la Libye avec le Maroc ?

Vingt-quatre heures à peine après la réunion tenue à Tunis avec les présidents tunisien Kais Said et algérien Abdelamajid Tebboune, le président du Conseil présidentiel libyen, Mohamed Younes El Menfi s’est empressé d’envoyer son frère, Sami El Menfi à la rencontre du ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita.


Bourita l’a reçu, mardi à Rabat, en sa qualité d’envoyé du président du Conseil présidentiel libyen, porteur d’un message écrit au Roi Mohammed VI, selon la MAP.


Dans une déclaration à la presse à l’issue de cette rencontre, l'ambassadeur Aboubaker Ibrahim Ataweel, chargé d'affaires à l'ambassade de Libye au Maroc, a indiqué que cette visite « vient réaffirmer l'excellence des relations de fraternité liant la Libye et le Maroc ». Il a, à cet égard, « exprimé les remerciements de son pays au Maroc pour son soutien constant et permanent, sous le leadership du Souverain, à la question libyenne qui se traduit à travers les multiples accords conclus, notamment ceux de Skhirat, Bouznika et Tanger ».


Le Royaume du Maroc a activement contribué au règlement de la crise libyenne et apporté tout son soutien pour la conclusion d'une série d'accords, a-t-il rappelé, notant que l'accord de Skhirat de 2015 demeure la pierre angulaire et une référence pour le règlement de la question libyenne.


« Cette visite s'inscrit également dans le cadre des efforts visant le renforcement de l'Union du Maghreb Arabe (UMA) pour répondre aux aspirations des peuples de la région à davantage de stabilité et de prospérité, a dit l'ambassadeur libyen, mettant en avant le rôle agissant joué par le Maroc en faveur de l'intégration maghrébine », commente la MAP.


Une source proche du Conseil présidentiel libyen avait, rappelle-t-on ajoute la MAP, rejeté récemment en bloc toute velléité visant la création d'un cadre alternatif qui se substituerait à l'UMA, en mettant l'accent sur l'impérieuse nécessité de renforcer cet ensemble régional dont les bases ont été jetées en 1989 à Marrakech par les cinq pays de la région.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Revenir aux Off
En continu
Plus d'infos en continu